Les résistances au deuil

 

 

On emploie, généralement, le terme de « résistance » lorsque l’endeuillé ne se permet pas (quelles que soient ses raisons) de suivre les étapes du deuil, de franchir les obstacles sur sa route ou s’oppose à suivre ce processus naturel, alors que, naturellement, le deuil devrait suivre son cours sans problème jusqu'à sa résolution


En fait, la résistance chez une personne indique qu’elle n’est pas prête à suivre le chemin proposé par le thérapeute,  et ce, d'autant qu'à l’annonce du décès, ces mêmes résistances ont servi à protéger l'endeuillé d’un effondrement total. Elles lui ont ainsi permis de puiser dans ses ressources et de tenir le coup durant le parcours funéraire.

 

Cela peut se manifester de bien des manières. Par exemple :

  • Le déni de la situation, ne pas y croire

  • Une grande émotivité, des cris, des pleurs

  • Être figé / engourdi, ne réagir à rien ou le contraire, la colère

  • Le sentiment d’incompréhension et d’injustice, voire de culpabilité

  • L’isolement

  • Des réactions physiologiques ou physiques telles que l’évanouissement, un changement dans le rythme cardiaque, des difficultés à respirer, se sentir faible

  • Une réduction de la conscience de son environnement (comme une sensation d’être dans le brouillard), voire la perte du sens de la réalité ou la perte de ses repères

Lors de la résistance, une partie de la personne s’oppose à une suggestion, soit parce qu’elle est trop rapide, parce qu'elle se sent bousculée, ou encore parce qu’une partie d'elle n’a pas été consultée ou que cela semble menacer son intégrité... etc. Même si la volonté et l’intelligence de l'endeuillé sont prêtes à collaborer avec le soignant, les résistances demeurent des parties inconscientes qui ne sont pas d’accord avec le programme thérapeutique de l’évolution de son deuil.

En fait, l'endeuillé va suivre une espèce de périple qui va l'amener à un processus de cicatrisation à tous les niveaux, alternant des moments d'amélioration et d'autres plus sombres, sur plusieurs mois. C'est un processus ne semblant jamais se terminer... et pourtant, un jour... après être passée par chacune des étapes du deuil, la personne endeuillée pourra s'en sortir. Certaines étapes auront surement été difficiles à passer, la personne aura même peut-être essayé d'en éviter certaines pour ne pas souffrir... Mais, c'est en franchissant ces difficultés naturellement, à son rythme, que l'endeuillé pourra retrouver un sens à sa vie et recommencer à vivre.